MÉDITATION, ESPRIT ET PERFORMANCE : LES BÉNÉFICES DE LA MÉDITATION - PARTIE 2/4

Méditation, esprit et performance : les bénéfices de la méditation - Partie 2/4
Rawpixel / Pixabay

Esprit et performance


  • La méditation améliore la concentration, l'attention et la capacité à travailler sous stress


  • Une étude menée par Katherine MacLean de l'Université de Californie a suggéré que pendant et après la formation de méditation, les sujets étaient plus habiles à se concentrer, en particulier sur les tâches répétitives et ennuyeuses.
    Une autre étude a démontré que les étudiants étaient capables d'améliorer leur performance sur les tests de compétences cognitives même avec seulement 20 minutes par jour de pratique, et dans certains cas faire 10 fois mieux que le groupe qui n'avait pas médité. Ils ont également mieux réussi dans les tâches de traitement de l'information conçues pour induire un stress lié aux délais.
    En fait, il existe des preuves que les méditants ont un cortex préfrontal et une insula antérieure droite plus épais, et aussi que la méditation peut compenser la perte de capacité cognitive avec l'âge.

  • La méditation améliore le traitement de l'information et la prise de décision


  • Eileen Luders, professeure adjointe au laboratoire de neuro-imagerie de l'UCLA, et ses collègues ont constaté que les méditants à long terme produisent davantage de gyrification ("pliage" du cortex, ce qui pourrait permettre au cerveau de traiter l'information plus rapidement) que les personnes qui ne méditent pas. Les scientifiques soupçonnent la gyrification d'améliorer le traitement des informations par le cerveau, la prise de décision, la formation de souvenirs et l'amélioration de l'attention.

  • La méditation nous donne la force mentale, la résilience et l'intelligence émotionnelle


  • Le Dr Ron Alexander, psychothérapeute titulaire d'un doctorat, explique dans son livre "Wise Mind, Open Mind" que le processus de contrôle de l'esprit par la méditation augmente la force mentale, la résilience et l'intelligence émotionnelle.

  • La méditation nous rend plus fort contre la douleur


  • Un groupe de recherche de l'Université de Montréal a exposé 13 maîtres Zen et 13 non-praticiens comparables à des degrés de chaleur douloureuse tout en mesurant leur activité cérébrale dans un scanner d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Ce qu'ils ont découvert, c'est que les pratiquants Zen (appelés zazen) ont rapporté moins de douleur. En fait, ils ont signalé moins de douleur que leur sortie neurologique de l'IRMf indiquait. Donc, même si leur cerveau reçoit la même quantité de douleur, dans leur esprit, il y a moins de douleur.

  • La méditation soulage mieux la douleur que la morphine


  • Dans le cadre d'une expérience menée par le Wake Forest Baptist Medical Center, 15 volontaires sains, qui débutaient dans la méditation, ont suivi quatre cours de 20 minutes pour apprendre la méditation, en se concentrant sur la respiration. Avant et après l'entraînement à la méditation, l'activité cérébrale des participants à l'étude a été examinée à l'aide de l'IRM ASL (Arterial Spin Labeling), alors que la douleur leur était infligée par la chaleur.
    Fadel Zeidan, Ph.D., auteur principal de l'étude, explique que :
    C'est la première étude à montrer que seulement un peu plus d'une heure de formation à la méditation peut réduire considérablement l'expérience de la douleur et de l'activation cérébrale liée à la douleur. (...) Nous avons trouvé un grand effet - une réduction de 40% de l'intensité de la douleur et une réduction de 57% du désagrément de la douleur. La méditation a produit une plus grande réduction de la douleur que même la morphine ou d'autres médicaments analgésiques, qui réduisent généralement la douleur d'environ 25%.


  • La méditation aide à gérer le TDAH (trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention)


  • Dans une étude réalisée avec 50 patients adultes atteints de TDAH, le groupe soumis à la thérapie cognitive basée sur la Mindfulness (MBCT) a démontré une hyperactivité réduite, une impulsivité réduite et une plus grande habileté à «agir avec conscience», contribuant à une amélioration globale des symptômes d'inattention.

  • La méditation augmente la capacité à rester concentré malgré les distractions


  • Une étude de l'Université Emory, Atlanta, a démontré que les participants avec plus d'expérience de méditation présentent une connectivité accrue au sein des réseaux cérébraux contrôlant l'attention. Ces relations neuronales peuvent être impliquées dans le développement de compétences cognitives, telles que le maintien de l'attention et le désengagement de la distraction. De plus, les bénéfices de la pratique ont été observés aussi dans l'état normal de conscience pendant la journée, ce qui parle du transfert des capacités cognitives "hors du coussin" dans la vie quotidienne.
    La pratique de la méditation examinée concentrait l'attention sur la respiration.

  • La méditation améliore l'apprentissage, la mémoire et la conscience de soi


  • La pratique à long terme de la méditation augmente la densité de la matière grise dans les zones du cerveau associées à l'apprentissage, à la mémoire, à la conscience de soi, à la compassion et à l'introspection.

  • La méditation de pleine conscience améliore le rappel rapide de la mémoire


  • Selon Catherine Kerr du Centre d'imagerie biomédicale Martinos et du Centre de recherche Osher, «la méditation de pleine conscience a été signalée pour améliorer de nombreuses capacités mentales, y compris le rappel rapide de la mémoire».

  • La méditation améliore notre humeur et notre bien-être psychologique


  • Des chercheurs de l'Université de Nottingham Trent, au Royaume-Uni, ont découvert que lorsque les participants ayant des problèmes de stress et de mauvaise humeur suivent une formation en méditation, ils éprouvent des améliorations du bien-être psychologique.

  • La méditation nous empêche de tomber trop souvent dans le piège du multitâche


  • Le multitâche n'est pas seulement un mythe de productivité dangereux, mais c'est aussi une source de stress. Le «changement de vitesse» entre les activités est coûteux pour le cerveau et induit des sentiments de distraction et d'insatisfaction par rapport au travail effectué.
    Dans une étude menée par l'Université de Washington et l'Université d'Arizona, le personnel des ressources humaines a suivi une formation de 8 semaines sur la méditation de pleine conscience ou les techniques de relaxation corporelle et a subi un test multitâche stressant avant et après la formation. Les membres du personnel qui avait pratiqué la méditation ont rapporté des niveaux de stress inférieurs et montré une meilleure mémoire pour les tâches qu'ils avaient accomplies ; ils ont également changé de tâches moins souvent et sont restés concentrés sur les tâches plus longtemps.

  • La méditation nous aide à allouer des ressources cérébrales limitées


  • Lorsqu'on présente au cerveau deux cibles à surveiller qui se suivent l'une après l'autre (une demi-seconde de différence), la seconde n'est souvent pas vu. C'est ce qu'on appelle "clignement d'attention".
    Dans une expérience menée par l'Université de Californie, un flux de lettres aléatoires a été montré dans un écran d'ordinateur, en succession rapide. Dans chaque session, un ou deux chiffres ou des écrans vides apparaissaient au milieu, et les participants devaient ensuite, immédiatement après la fin du flux, taper les chiffres qu'ils voyaient. On leur a aussi demandé s'ils pensaient qu'un écran blanc était montré ou non.
    Les sujets qui ont suivi trois mois d'intense méditation Vipassana ont fait preuve d'un meilleur contrôle sur la distribution des ressources d'attention et de perception. Ils ont montré moins d'allocation de ressources cérébrales pour chaque lettre montrée, ce qui a entraîné une réduction de la taille du «clignement d'attention».

  • La méditation améliore le traitement visuospatial et la mémoire de travail


  • La recherche a montré que même après seulement quatre séances de formation à la méditation de la pleine conscience, les participants avaient considérablement amélioré le traitement visuospatial, la mémoire de travail et le fonctionnement exécutif.

  • La méditation nous prépare à faire face à des événements stressants


  • Une étude de l'Institut indien des sciences médicales, menée auprès de 32 adultes qui n'avaient jamais pratiqué la méditation auparavant, a montré que si la méditation est pratiquée avant un événement stressant, les effets indésirables du stress sont atténués.

  • La méditation augmente la conscience de notre esprit inconscient


  • Une étude réalisée par des chercheurs de l'Université du Sussex au Royaume-Uni a découvert que les personnes qui pratiquent la méditation de pleine conscience connaissent une plus grande pause entre les impulsions inconscientes et l'action, et sont également moins sujettes à l'hypnose.

  • La méditation de pleine conscience favorise la créativité


  • Une recherche de l'Université de Leiden (Pays-Bas) démontre que la pratique de la méditation «surveillance ouverte» (surveillance non réactive du contenu de l'expérience d'un instant à l'autre) a des effets positifs sur la créativité et la pensée divergente. Les participants qui ont suivi la pratique ont mieux réussi dans une tâche où on leur a demandé de trouver de nouvelles idées créatives.

    par Giovanni Dienstmann
    - Professeur de méditation, auteur, conférencier et coach

    Partie 1/4 : meditation-cerveau-et-humeur
    Partie 3/4 : meditation-corps-et-sante

    L'auteur

    Intentionné

    Informations

    J'aime / Je partage

    Participer

    Devenez rédacteur en publiant votre témoignage !

    Partager mon expérience !

    Pour aller plus loin

    Le réseau social


    Laissez un commentaire sur : Méditation, esprit et performance : les bénéfices de la méditation - Partie 2/4