Connaissance de la nature

Connaissance de la nature Retrouvons nos racines. Apprenons à respecter la Terre et le Vivant en allant à la rencontre des savoirs ancestraux, de l'herboristerie et de l'utilisation des simples, la cueillette des salades sauvages, l'ouverture aux Êtres de la nature, ainsi que les sciences actuelles - écologie, minéralogie, biologie, physique quantique... autant de sources de compréhension du monde.

Connaître la nature,


c'est être curieux de notre humanité et mieux connaître les différents mondes qui peuplent notre planète. C'est partir en voyage dans la beauté de nos cultures, dans la majesté des paysages terrestres. C'est découvrir l'abondance généreuse de notre patrimoine commun. C'est tenter l'aventure et réapprendre à vivre en autonomie dans la nature sauvage.

C'est aussi s'intéresser à créer une bonne relation avec la vie sous toutes ses formes : un contact véritable avec les animaux sauvages, les animaux domestiques et les animaux de compagnie ; une attention respectueuse au règne végétal ; une ouverture aux gestes écologiques et aux pratiques de consommation responsable et solidaire, ainsi qu’aux innovations technologiques protectrices de l’environnement...

Dans un monde en mutation rapide, c'est comprendre également le fonctionnement de notre pensée et les moyens de maximiser nos compétences cognitives pour les mettre au service de la vie, de notre vie, et de l’innovation d'avenir.

Autant de façons d'honorer notre interdépendance mutuelle en une époque de grand challenge.

Que puis-je en attendre ?


1/ Des voyages éthiques profondément transformateurs :

voyages dans la nature, voyages culturels, séjours artistiques, séjours mystiques... Leur point commun : éveiller plus profondément à la connaissance de soi.

2/ Des retrouvailles avec nos racines universelles

et des réponses à la question "qu'est-ce qu'être humain ?" au contact avec les traditions premières, l'écoute de leur sagesse et la transmission de leurs savoirs ancestraux.

3/ L'ouverture au monde végétal,

le contact rapproché avec la terre, enracinement et autonomie personnelle grâce aux savoir-faire directement issus de la terre : l'herboristerie sauvage comestible et médicinale, et la cosmétique naturelle.

La reconnaissance du métier d’herboriste en France est un sujet sensible. Rescapé de nos plus anciennes traditions ancestrales, il avait été protégé par un statut entre 1803 et 1941, puis supprimé et déclaré illégal sous le gouvernement de Pétain à Vichy en 1941 -les herboristes existants pouvaient continuer à œuvrer jusqu'à leur mort, mais le métier ne devait plus se transmettre, la pharmacie se voyant attribuer le monopôle quant aux plantes médicinales. En 2018 pourtant, il a repris place dans les débats au Sénat face à la demande insistante et croissante de la population française, notamment des étudiants qui désirent s'y former. Depuis, une commission d'étude est en cours pour statuer sur la place de l'herboristerie en France et le métier est en attente d'une reconnaissance officielle.

https://www.senat.fr/questions/base/2010/qSEQ10020825S.html
http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2018-10-14/plantes-medicinales-herboristerie-france


4/ L'ouverture au règne animal,

l'apprentissage du respect, la reconnexion avec notre corps, notre instinct, nos émotions au-delà du mental. Nous pouvons : aller à la rencontre des animaux sauvages dans leur environnement naturel, partager le quotidien des animaux domestiques qui vivent à nos côtés, apprendre les codes du langage animal pour communiquer véritablement avec nos compagnons de vie, ou bénéficier d'une aide thérapeutique à leur contact.

5/ Apprendre les gestes de survie dans la nature,

savoir utiliser les ressources naturelles sagement et retrouver les fondements de la relation primordiale à notre environnement. Au-delà des compétences apportées, cela nourrit le sentiment de sécurité et d'estime de soi.

6/ Ouvrir sa perception et devenir sensible aux esprits de la nature

pour se laisser enseigner un mode de partenariat unique entre nature et humains dans les jardins co-créatifs.

7/ Découvrir ce que signifie l'écologie

au quotidien et mettre en place des pratiques qui protègent notre avenir et restaurent l'écosystème de façon simple, ludique et satisfaisante.

S’intéresser aux découvertes et nouvelles technologies qui vont dans le sens de la restauration et de la protection de l’environnement.

8/ Apprendre des savoir-faire nouveaux.

Se former à la réparation, la transformation et la création-recyclage de matériaux et d'objets. Connaître les différentes options offertes par les ressourceries et autres groupes solidaires pour faire des économies et lutter contre les gaspillages tout en inventant de nouveaux rapports conviviaux.

9/ Mieux comprendre la place,

la pertinence et les effets des sciences naturelles et physiques dans notre vie quotidienne (définitions et applications de chacune d'elle).

10/ Découvrir des stratégies cognitives

pour embrasser la complexité croissante du monde. Elles permettent de traiter l'information selon plusieurs perspectives et leurs interrelations.

  • La pratique du mindmapping, méthode créative, outil de mémorisation et moyen d'organiser ses idées dans le but de concevoir et réaliser un projet. Inspirée de l'architecture naturelle du cerveau, la théorie des "mind maps" (les cartes mentales) est parfaitement adaptée au mode de réflexion du cerveau ; elle est connue pour favoriser l'alliance des hémisphères gauche et droit.


  • La pensée systémique pour innover face aux transformations incessantes et avancer positivement vers un futur imprévisible. Des stratégies pour tolérer l’incertitude, faire preuve d'adaptation constructive, résoudre des problèmes complexes avec créativité et prendre des décisions au bon moment. Elles permettent de développer la plasticité cérébrale, d'apprendre à apprendre en toute situation et de considérer son propre intérêt en même temps que celui des autres et de l'humanité.