TÉMOIGNAGE : LE BIEN-ÊTRE GRÂCE À LA SOPHROLOGIE

Témoignage : Le bien-être grâce à la sophrologie Les pratiques qui m'ont intéressées et qui ont toutes pour point commun de s'appuyer sur les sensations (en relation avec les émotions et les sentiments) , sont : la méthode TIPI, la somato-thérapie, la cohérence cardiaque et la sophrologie dont je vais parler ici. Je précise que ces pratiques de bien-être sont holistiques, c'est à dire prenne l'individu dans sa globalité en tenant compte de tous ses aspects, y compris intellectuel et pas seulement physique.

Mon parcours en sophrologie.


La sophrologie m'apporte énormément de mieux-être. Grâce à elle, je me sens plus sereine, plus détendue, j'ai appris le lâcher-prise, la relaxation, je réussis à mieux m'endormir le soir, j'ai aussi appris à adopter d'autres points de vue, une certaine souplesse mentale, à reconnaître et à prendre en compte mon stress et mes émotions, à mieux les gérer, à avoir un comportement mieux adapté à chaque situation.
Maintenant, lorsque je suis stressée, je sais quoi faire, je sais être à l'écoute des sensations, des sentiments qui sont à l'intérieur de moi, et je sais comment respirer, j'ai des techniques pour m'aider, je ne suis plus désemparée.

Cela a amélioré considérablement ma relation avec mon entourage et avec mon compagnon, notamment la gestion de ma colère, en maîtrisant cette émotion fréquente chez moi, j'ai appris à mieux la vivre, sans les ressentis destructeurs. Dans mon travail aussi je suis plus zen, je respecte mon rythme tout en restant efficace avec plus de naturel.

J'ai aussi appris à avoir une meilleure confiance en moi et à me relier à mes valeurs profondes.

En poursuivant mon parcours par des séances régulières, j'ai fini, je crois, par assimiler les « exercices », par les connaître par cœur et par les mettre en pratique naturellement, si j'en ai besoin ou comme entretien.

Quelques exemples d'exercices de sophrologie.


I - Ma méthode pour m'endormir plus facilement.


Lorsque je n'arrive pas à m'endormir, parce que je suis préoccupée ou nerveuse , j'effectue une « sophronisation de base » qui se déroule comme suit : je commence par calmer mon mental, en laissant passer les idées qui se présentent comme des nuages dans le ciel, puis je me concentre sur ma respiration et sur mon corps, sur mes sensations physiques internes, ensuite je passe en revue les cinq zones du corps définies en sophrologie et pour chacune d'elle, je ressens sa présence corporelle de l'intérieur et je fais disparaître les tensions inutiles (relaxation). Ces cinq zones sont : 1-la tête et le visage, 2-le cou, les épaules, le dessus des bras et le dessus des mains, 3- le thorax, les aisselles, le dessous des bras et le dessous des mains jusqu'à la pulpe des doigts, 4-le ventre et le bas du dos, 5-le bassin, les jambes et les pieds. Quand chaque zone a été visitée, j'effectue une tension douce de tout le corps, de toutes les zones. La plupart du temps, et cela est valable pour moi, je m'endors dès la fin de l'exercice.

II – Ma méthode pour surmonter un gros stress.


En premier lieu, je dois réduire l'intensité de mes émotions, je me recentre sur ma respiration, si nécessaire je respire par la bouche, je respire profondément en faisant gonfler mon ventre (« respiration diaphragmatique »), plusieurs respirations profondes et complètes (impliquant le ventre) permettent de se calmer. On peut enchaîner par d'autres exercices de sophrologie.

III – « Le sophro-déplacement du négatif »


En sophrologie, on fait bien la nuance entre ce qui est négatif et ce qui est désagréable. La démarche du « sophro-déplacement du négatif » consiste à imaginer qu'on nettoie tout son corps, par exemple visualiser une pluie agréable qui emporte le négatif en coulant, chacun choisit l'image qui lui convient.

L'historique.


J'ai découvert la sophrologie en 1999. J'habitais alors à côté d'un cabinet de sophrologie qui venait d'ouvrir, je passais devant tous les jours. J'étais à l'époque enseignante, un métier stressant, quand on débute. C'est donc par besoin et par curiosité que j'entrai un jour chez « ma nouvelle voisine » pour suivre des séances individuelles de sophrologie. Parfois nous étions deux, moi et une dame qui attendait un bébé et voulait se préparer à l'accouchement grâce à la sophrologie. Mais la ville était petite et, faute de rentabilité, Lydia, la sophrologue, a du fermer son cabinet et me donna une séance chez elle, convaincue qu'elle continuerait sur la voie du bien-être grâce à la sophrologie.

Ma sophrologue, par son empathie, m'a permis de me sentir comprise, de mieux prendre en compte mon stress, enfin je me sentais « normale » : la situation que je vivais était effectivement stressante, il était normal que cela me stresse !
Une fois le stress reconnu et non plus refoulé, je pouvais travailler dessus en relaxation, pour réussir à le gérer.

De ces premières séances, j'ai recueilli un mieux-être immédiat mais n'ai pas suffisamment retenu les exercices pour les pratiquer seule régulièrement.
J'ai arrêté la sophrologie quand j'ai déménagé.
C'est bien des années plus tard, en 2014, que, par le hasard d'une rencontre avec une sophrologue de Montpellier, j'ai renoué avec cette pratique qui m'avait laissé un bon souvenir. 

J'ai commencé par suivre un stage d'une matinée d'approche pour débutants, orienté sur le stress et les émotions. Ce stage et l'enthousiasme de Christel, la sophrologue, m'ont donné envie de continuer et je me suis inscrite à un cours régulier sur une année où nous étions deux dames. Nous parlions de notre vécu, de nos émotions, de nos stress en relation direct avec les exercices visant à mieux les gérer : la sophronisation de base, les différentes techniques comme le geste-signal, la respiration diaphragmatique, le sophro-déplacement du négatif, etc, puis la relaxation dynamique du premier degré et du deuxième degré. En sophrologie, la respiration tient une grande place, un peu comme en yoga.

A la fin de l'année, je me suis inscrite à un stage d'été, sur un jour et demi, sur la gestion des émotions et nous avons approfondi un travail sur la colère, la tristesse,la peur etc au sein d'un petit groupe de quatre personnes. Les échanges de nos expériences ont été très enrichissants aussi.

L'année suivante je m'inscrivais pour le cours « confiance en soi et valeurs de vie ». Nous étions trois femmes à suivre ce cours. Il nous a permis d'aborder les « relaxations dynamiques » du degré 1 au degré 4, et de pratiquer des exercices pour développer notre confiance en nous-même, j'ai appris comment activer la confiance en soi en utilisant un geste-signal, une technique fondée sur la remémoration d'une expérience positive. La sophrologie est une pratique corporelle qui s'appuie sur les sensations de base, les valeurs de vie ont besoin d'être ressenties pour être pleinement vécue, pour être incarnées.

De temps en temps, j'assistais à un « sophro-spectacle » : les spectateurs sont allongés en position détendue, ils entrent dans l'état « sophroliminal », c'est à dire relaxés, pour écouter une lecture en musique d'un texte. Une expérience à vivre ! Cela fait travailler l'imaginaire. Les mots et la musique – ondes sonores – se transforment en images – ondes visuelles – et autres sensations. Quelle magie de notre cerveau de savoir opérer cette transformation ! D'autant plus magique que les images produites sont différentes pour chaque individu.

Cette année, je suis le cours d'entretien régulier (une séance tous les 15 jours), axé plus particulièrement sur la pratique de toutes les techniques de relaxation. Nous en sommes actuellement à la relaxation dynamique du second degré. On progresse en prenant le temps de bien assimiler et de bien ressentir ce qui se passe dans notre corps, les sensations de toute nature. Ce cours me permet de m'entraîner et de consolider les exercices que je connaissais déjà. Je pratique de plus en plus la sophrologie dans ma vie quotidienne, elle devient pour moi comme une seconde nature.

- Nathalie
Ceci est mon expérience personnelle, elle n'a pas valeur de théorie et peut comporter des inexactitudes. Les termes techniques sont mis entre guillemets.

Un livre que j'aime bien utiliser : la sophrologie pour les nuls
Le site de ma sophrologue : sophrologue-christel-touret.com


Genre : Témoignage Tag : Pratiques de bien-être

Commentez Témoignage : Le bien-être grâce à la sophrologie