LA GÉOMÉTRIE DITE «SACRÉE»

La géométrie dite «sacrée»

Qu’est-ce que la géométrie dite «sacrée» ?



Définition : C’est la science mathématique des propriétés de l’espace qui préside aux plans de construction des oeuvres architecturales et artistiques faites selon les règles de création harmonieuse de l’univers.


La géométrie sacrée est considérée comme la science des mystères de la nature car elle prend la nature pour modèle. Elle cherche à en reproduire l’harmonie parfaite des proportions en observant ses lois d’organisation géométrique : ses figures, ses formes, ses volumes, ses symétries, ses rythmes et ses fractales*.

Quelle est son utilisation ?


C’est initialement une tradition orale détenue par les anciens maîtres bâtisseurs du monde entier. Elle s’est transmise sans discontinuer jusque chez les compagnons d’aujourd’hui. maîtres bâtisseurs, artisans et ouvriers étaient très soigneux dans leurs constructions. Ils les élaboraient avec une grande précision, en prenant en compte le géomagnétisme et en suivant les lois de la géométrie sacrée.

C’est ainsi qu’ils ont construit toutes les oeuvres architecturales et ouvrages d’art : les mégalithes, temples, pyramides, palais, villas gallo-romaines, châteaux, les cathédrales, mosquées, églises, abbayes, monastères, chapelles, tombeaux, autels, les châteaux d’eau, ponts et viaducs... et parfois jusqu’à des villages entiers. de surcroît, ils considéraient l’alignement de ces oeuvres entre elles sur un plus large territoire (ville, pays, continent).

Quel est le but de la géométrie sacrée ?


Tous les objets peuvent présenter des propriétés d’ondes. La mécanique quantique l’a prouvé. En radiesthésie on définit ainsi des «ondes de formes» (cf Chaumery et Bélizal). La géométrie sacrée organise l’ensemble de ces ondes pour accorder les énergies entre elles, dans un objectif de beauté et d’harmonie.
Ainsi les oeuvres sont édifiées selon des règles strictes très précises et en coordination les unes avec les autres. Elles expriment une vision ordonnée du monde.

Quels sont les bienfaits de la géométrie sacrée ?


Grâce au calcul d’un coefficient entre les valeurs des forces telluriques et les valeurs des forces cosmiques, la géométrie sacrée équilibre leur rapport pour qu’il soit propice à la vie de l’être humain.
Tenons nous au sein d’un monument construit selon les règles de l’art sacré pour en sentir les effets et se rendre compte de ses bienfaits.

Par exemple l’ambiance d’une cathédrale est apaisante, la qualité de la lumière et du son y sont perceptibles, et l’on peut même sentir d’agréables frissons sur la peau. Chacun peut témoigner d’un mouvement intime vers plus de calme ou d’intériorité, de clarté mentale, de joie, de confiance et d’espoir, ou de sérénité.

En médecine énergétique, grâce à des outils de détection quantique comme la caméra GDV (gaz discharge visualisation), on constate aujourd’hui qu’en effet, le «rayonnement électrophotonique»* des corps est affecté favorablement. Ainsi, la géométrie sacrée élèverait les taux vibratoires géomagnétiques. Elle favoriserait l’ordre et la circulation harmonieuse de l’énergie qu’elle augmente. Elle donnerait littéralement de l’énergie.

Elle favoriserait donc le bien-être et la santé. Et peut-être même l’intelligence et l’ouverture de notre conscience, puisque des recherches en physique quantique quant aux relations entre nos facultés psychiques et les champs magnétiques montrent qu’en élevant le taux
vibratoire de ces derniers, nous élevons le nôtre : notre conscience humaine prend de l’expansion et nous entrons en meilleure harmonie avec ce qui nous entoure.

Où peut-on la voir ?


Les anciennes civilisations disparues ont laissé derrière elles de magnifiques témoignages de cet art : les temples et cités aztèques, mayas et incas, la cité Teotihuacan au Mexique, les grandes pyramides égyptiennes, la cité interdite chinoise, les temples grecs, les statues moaï de l’île de pâques et tant d’autres moins connues dans le monde entier...

Mégalithes, menhirs et dolmens aussi étaient implantés selon ces lois. Les plus anciennes traces attestant de l’utilisation de la géométrie sacrée datent de plusieurs millénaires avant Jésus-Christ.

Dans l’histoire occidentale récente, l’art gothique et l’art roman en témoignent particulièrement et ont laissé quantité de symboles, signes d’un savoir hermétique laissé à la vue de tous, mais sans dictionnaire de traduction.

Les artistes et savants ont utilisé la géométrie sacrée dans la composition de leurs œuvres artistiques et scientifiques. Parmi les plus grands, on peut citer l’ingénieur et peintre Léonard de Vinci, l’architecte le Corbusier, le peintre Botticelli et le compositeur Bach.

La géométrie sacrée organise les formes et les symboles tels que l’étoile à cinq branches du pentagramme et la fleur de vie.


*Comme le chou romanesco, une fractale est une figure gigogne en tout point -chaque élément est une fractale qui se reproduit indéfiniment à l’identique à l’intérieur d’elle-même. La structure d’une fractale est invariante par changement d’échelle. Il existe une théorie mathématique précise derrière les fractales.

Le guide : Energétique et Environnement


Genre : Découverte Tag : Energétique et Environnement

Commentez La géométrie dite «sacrée»